Principes d’intervention

La Prévention Spécialisée est une mission de protection de l’enfance mise en œuvre au titre de l’aide sociale à l’enfance.

Elle inscrit son action dans cet ensemble construit dont elle n’est qu’une partie.

Elle agit en référence à cinq grands principes fondamentaux d’intervention que chaque association doit expliciter

Ces principes sont :

a) La libre adhésion (une relation librement choisie) Il s’agit d’une démarche volontaire de l’éducateur pour aller vers les jeunes dans leur milieu. Cette relation est contractuelle et librement consentie de part et d’autre. Elle implique les notions de temps et de confiance nécessaires à la mise en place de toute action éducative.

b) Absence de mandat nominatif (une mission qui s’adresse à des personnes sans prescription nominative) Pour réaliser le premier principe, il est nécessaire que les personnes, sujets de l’action, ne soient désignées nominativement par aucune autorité. Il ne peut donc y avoir mandat ni après signalement administratif ni après une ordonnance judiciaire.

c) Respect de l’anonymat (une action qui exige discrétion et confidentialité) Cette action exige de la part des éducateurs discrétion et confidentialité qui garantissent l’efficacité et la crédibilité d’un travail fondé sur la confiance. C’est la raison du  » financement global  » qui exclut la diffusion à l’extérieur de dossiers ou de fichiers nominatifs. Il ne s’agit pas bien sûr de maintenir le jeune dans l’anonymat, mais bien de l’aider à sortir de ses problèmes, pour l’amener à devenir quelqu’un.

d) Partenariat et inter-institutionnalité (un nécessaire maillage des institutions. Une nécessaire collaboration avec les élus). Un des objectifs étant de permettre l’intégration des jeunes dans les structures de droit commun, l’action s’exerce à deux niveaux : –  Action auprès des jeunes pour aider cette intégration, – Action auprès des structures pour faciliter leur adaptation. L’action éducative des équipes nécessite que soient fédérées les compétences des différents partenaires de manière à prévenir la marginalisation, faciliter la promotion et l’insertion sociale des jeunes et des familles. Le partenariat s’exerce avec les responsables politiques des Villes et du Département, d’une part en tant qu’observateurs privilégiés des besoins de terrain, et d’autre part en tant que participants à la réflexion et à la mise en place de réponses adéquates.

e) Non institutionnalisation des actions: la mission de prévention spécialisée n’a pas vocation à devenir « une institution sociale » mais doit au contraire favoriser tout ce qui peut concourir à sa disparition pour non nécessité.